Comment éviter de rater beaucoup de photos avec une simple check-list

Le week-end dernier, alors que je faisais quelques tests avec un nouveau boitier, je me suis aperçu que mon réglage de correction d’exposition n’était pas à 0, alors que je pensais qu’il l’était. Résultat : les photos que je venais de prendre étaient toutes largement surexposées!

Heureusement, je n’avais pas pris beaucoup de photos au moment ou je m’en suis rendu compte, et surtout, rien de bien important. Mais qu’elle aurait était ma déception si ce mauvais réglage m’avait fait louper une photo exceptionnelle d’un évènement qui a peu de chances de se reproduire!

J’imagine que cette mésaventure est déjà arrivée à beaucoup d’entre vous, mais heureusement, il existe une solution assez simple pour éviter ce genre de déconvenue : faire une petite check-list de réglages par défaut.

Créer une check-list de réglages

L’idée est de faire une petite liste des différents réglages de votre appareil photo, et d’attribuer à chacun de ces réglages une valeur “par défaut”. Un peu comme une réinitialisation, mais avec des valeurs qui vous conviennent.

Il faut y faire figurer les réglages courants (ouverture, ISO, etc.) mais aussi les réglages un peu moins utilisés (compensation d’exposition, balance des blancs, etc.).

Voici pour exemple le début d’un liste que l’on pourrait créer :

  • ISO 200 : Pour avoir une image bien nette, mais un peu plus tolérant que 100 ISO si la luminosité est un peu basse.
  • Ouverture f/9 : Une ouverture “moyenne”, ou la profondeur de champ n’est pas trop réduite, et la luminosité reste correcte.
  • Mode de prise de vue Av : sans doute le mode le plus utilisé, en tout cas pour moi.
  • Balance des blanc sur auto : Le boitiers récents ne sont pas mauvais pour déduire la balance des blancs, laissons les faire leur job
  • Mesure de l’exposition sur Evaluative Metering : Plus passe partout qu’une mesure Spot
  • Auto-focus sur One shot
  • Auto-focus sur un seul point, celui du centre
  • Compensation d’exposition sur 0
  • etc.

Voila, je pense que vous avez saisis l’idée de la liste de réglages. Vous pouvez bien sur adapter vos réglages à votre style, votre boitier, vos habitudes, vos préférences, ou vos croyances, c’est à vous de voir. Le tout est de faire cette liste pour bien visualiser tous les réglages de votre boitier, et de définir vos réglages de base.

Vous serez peut-être amenés à créer plusieurs listes, par exemple une pour le studio, une pour l’extérieur, ou encore selon votre matériel (boitier + objectif), mais pensez à rester simple, surtout au début, le temps de bien assimiler le fonctionnement.

Bon, et maintenant qu’on a cette liste, on en fait quoi exactement ?

La routine a du bon, finalement

Vous allez vous créer une petite routine, un petit rituel, à faire avant ou après chaque séance photo. Et c’est là que vous allez utiliser votre petite check-list.

Je m’explique : Le soir, après une journée à prendre des photos, plutôt que de laisser votre appareil photo dans votre sac jusqu’à sa prochaine utilisation, vous allez le ressortir, vous munir de votre petite check-list, et changer les réglages les uns après les autres avec les valeurs que vous aurez définies précédemment.

Comme ça, la prochaine fois que vous aurez besoin de votre appareil, vous serez certain qu’il n’est pas réglé de façon complètement extravagante, et cela vous évitera d’essayer de prendre une photo de votre fille qui fait ses premiers pas avec un pose de 10 secondes tout ça parce que la veille au soir vous photographiez des feux d’artifice ;)

L’autre avantage, c’est que vous allez rapidement vous habituer à cette base de réglage, et du coup à tout moment, savoir quoi régler pour arriver au réglage voulu sans même avoir à réfléchir.

Cette technique est un peu fastidieuse au début, mais petit à petit, cela deviendra un reflex, et vous n’aurez même plus besoin de consulter votre liste, vous aurez tout dans la tête. Et pour ceux qui en ont moins (de tête), l’iPhone est votre ami! De magnifiques applications existent pour créer des listes, et au moins vous l’aurez toujours avec vous.

La routine : partout, tout le temps

Un autre conseil concernant ces réglages de base, c’est de les appliquer aussi pendant votre journée, si vous vous déplacez ou changez de sujet.

Par exemple si vous visitez une ville, vous faites quelques photos dans un musée ou un autre endroit assez sombre. Dès que vous sortez de ce lieu, pensez à réinitialiser les réglages de votre appareil. Si votre prochaine photo est en plein soleil, vous me remercierez!

Et si un évènement se produit, là, tout de suite, devant vous, vous savez sans même regarder les réglages que vous avez, si votre appareil est bien réglé pour ce shoot, et sinon, ce que vous devez changer, car vous avez assimilé vos réglages de base.

Routine étendue

Vous pouvez incorporer beaucoup d’autres points dans votre “routine d’après shoot”, qui eux aussi ont une grande importance, et vous éviterons biens des mésaventures :

  • Charger la batterie de votre appareil
  • Vider votre carte mémoire
  • Formater votre carte mémoire
  • nettoyer vos objectifs
  • replacer votre “objectif passe partout” sur votre boitier
  • prévoir des piles pour un flash
  • etc…

Ici aussi, à vous d’adapter votre routine à votre matériel, mais l’important, c’est de faire les mêmes gestes, tous les soirs, rigoureusement, après chaque séance, pour être prêt à tout moment à prendre réussir votre prochaine photo.

Vous souhaitez vivre de votre passion ? Je vous aide à y arriver sur mon nouveau blog. En savoir plus...

Pour aller plus loin dans votre apprentissage de la photo, vous pouvez lire mon livre J'apprends la photographie. Vous y découvrirez 25 exercices qui vous aideront à améliorer vos photos et à développer votre créativité. J’ai conçu ce livre pour qu’il soit simple et accessible, même aux débutants. Il n’y a pas de langage technique, les exercices sont expliqués simplement et accompagnés d’exemples. En savoir plus...

9 Commentaires

Ajouter un commentaire
  • Répondre

    Manu Rochet

    En général d’accord à un ou deux détails:

    Bonne check list, j’aime bien le concept, je modifierais cependant un ou deux détails:

    * F8 au lieux de 9: généralement les objectif donnent tous leur plein rendement (jusqu’) à F8. Les plus lumineux commence à diminuer leur rendement à F8, les moins lumineux sont au sommet d’une “montagne escarpée” à F8. Si on est avec des zoom 2.8 constant ou des focales fixes, f5.6 c’est très bien.
    * Correcteur d’expo à -0.5 (perso je suis même à -0.7): les numériques n’aiment pas la surex mais s’en tirent en sous ex après développement. Une correction -0.5 évite un ciel crâmé… irrécupérable.

    • Répondre

      Nicolas Croce

      Merci pour ce commentaire Manu.
      Chacun a ses réglages, chacun a ses préférences.
      Mais la ou je suis entièrement d’accord avec toi, c’est que chacun doit adapter cette check-list à sa pratique et son matériel.
      Ce que tu viens de faire!

  • Répondre

    cyril z

    Bonjour et merci encore pour cette checklist tres utile.

    Cependant une remarque sur la nécessité de sous-exposer. Mon reglage par défaut est +2/3 et non -0,5 car en cas de sous exposition deux phenomenes apparaissent :

    1. Le bruit augmente dans les ombres si on tente d’éclaircir

    2. Le nombre dinformation contenu est miltiplie par 2 a chaque IL supplementaire (croissance log)

    Lors du traitement du raw il y a 2 IL dans les hautes lumieres et 2 IL dans les ombres certes mais il est préférable donc de récupérer de l’information dans les hautes lumières.

    Cyril

    • Répondre

      Nicolas Croce

      Les deux arguments se valent, et dépendent de l’environnement, de la méthode de mesure de la lumière, et du photographe :
      – Pour des photos de paysage, avec beaucoup de contraste entre la terre et le ciel, sous-exposer par défaut permet souvent de sauver le ciel, mais d’autres méthodes permettent d’obtenir le même résultat, je pense par exemple aux filtres dégradés.
      – Sur exposer permet comme tu les dis d’avoir une meilleure qualité des ombres, et d’éviter le bruit qui apparait lorsqu’on les éclaircit. Mais attention à l’histogramme. Si on crame les zones claires, c’est irrécupérable.

  • Répondre

    Vianney

    Merci pour cette bonne idée. En effet je me suis déjà fait avoir avec les réglages de la veille et m’en apercevoir bien tard !
    Dans la liste ne pas oublier de remettre la mise au point en auto.

  • Répondre

    Brugger

    Je rajouterais ” Bien vérifier que l’on a tout le matériel adéquat avec soi” de manière à ne pas se retrouver sur site et se rendre compte que l’ob n’a pas la ferrure de fixation du boîtier au trèpieds. ça sent le vécu vous trouvez pas ? :)

  • Répondre

    Pauline Lachance

    Je suis une débutante en photographie, j’ai une caméra Sony @77. Lorsque vous dites dans votre exposé “mesure d’exposition: Evaluative Metering”, j’aimerais savoir, en français, ce que c’est que cette mesure d’exposition. Merci de me répondre.

    • Répondre

      JP

      Je découvre sans doute bien tardivement cette question et je présume que Pauline aura trouvé la réponse depuis bien longtemps, mais pour d’autres qui s’interrogeraient, je pense que Nicolas fait référence à la mesure dite matricielle qui évalue de manière globale l’éclairement sur toute la surface visée, au contraire des autres méthodes que sont :
      – pondérée centrale qui analyse l’ensemble de la zone visée mais donne la prépondérance à la zone centrale
      – spot qui mesure exclusivement le “plein centre” de la zone visée

Trackbacks de cet article

  1. Raw ou Jpeg, quel format choisir ?

Ajouter un commentaire

Votre commentaire