Le mode priorité ouverture : Comment bien l’utiliser pour réussir vos photos

Cet article fait partie de la série de cours
Débuter en photographie

Aujourd’hui je continue ma série d’articles consacrés aux modes de prise de vue de votre appareil photo.

Après un premier article qui vous a permis de bien comprendre la différence qu’il y avait entre les modes de prise de vue (Comprendre les modes de prise de vue de votre appareil photo pour sortir du tout automatique), et un second article pour savoir quand utiliser tel ou tel mode (Savoir quand utiliser les modes A, S et M de votre appareil photo en fonction de ce que vous photographiez) on s’attaque aujourd’hui au mode « Priorité ouverture ».

Nous allons donc voir en détail quand l’utiliser, quand ne pas l’utiliser, comment choisir une valeur pour votre ouverture, et enfin comment on utilise ce mode sur le terrain.

Mais avant de rentrer dans le vif du sujet, un tout petit rappel : Le mode « priorité ouverture » est noté « A » (pour Aperture en anglais) ou « Av » (pour Aperture Value en anglais) sur la plupart des boitiers.

Lorsque vous sélectionnez ce mode, c’est vous qui décidez de l’ouverture que vous allez utiliser, et votre appareil se charge de déterminer la bonne vitesse d’obturation pour que votre photo soit correctement exposée. C’est pour cette raison que ce mode est dit « semi-automatique », car votre appareil vous aide, contrairement au mode manuel, ou là c’est vous qui faites tout.

Quand utiliser le mode « priorité ouverture » ?

On en a déjà parlé (Savoir quand utiliser les modes A, S et M de votre appareil photo en fonction de ce que vous photographiez) mais j’y reviens rapidement :

Lorsque vous utilisez le mode « priorité ouverture » de votre appareil photo, vous réglez l’ouverture. Et l’ouverture à une influence sur la profondeur de champ.

Donc, on utilise le mode « priorité ouverture » dès que l’on a besoin de contrôler la profondeur de champ sur une photo.

Les cas les plus fréquents :

  • Quand on prend une photo de paysage, et qu’on veut que tout soit net, aussi bien le premier plan que l’arrière plan qui se trouve à plusieurs kilomètres.
  • Quand on fait un portrait, et que l’arrière plan n’est pas très intéressant. On utilise une petite profondeur de champ pour isoler le sujet, en rendant l’arrière plan complètement flou.
  • Quand on veut une petite profondeur de champ, pour créer un effet visuel intéressant
  • Et dernière situation, quand on a une bonne lumière, et qu’on veut être rapide pour déclencher (photo de rue par exemple), on préfèrera le mode « priorité ouverture » au mode manuel, plus lent à régler.

Sur cet exemple, j’ai utilisé une grande ouverture (f/1,4) pour obtenir une petite profondeur de champ. Les fleurs rouges se détachent bien devant un arrière plan flou qui n’était pas très intéressant (les carreaux de carrelage de ma terrasse)

Quand ne pas l’utiliser

Il existe quelques situations ou on aurait envie d’utiliser le mode « priorité ouverture », et pourtant, il vaut mieux s’en méfier.

  1. Quand il y a peu de lumière et qu’elle à tendance à changer : Quand il y a peu de lumière, et que la quantité de lumière à souvent tendance à changer (dans une maison peu éclairée, une ruelle en pleine nuit, etc.) il vaut mieux ne pas utiliser le mode « priorité ouverture ». En effet, si on règle une certaine ouverture et que la lumière change, on peut se retrouver avec une vitesse d’obturation trop lente, et on obtiendra une photo floue. Et quand vous avez une photo floue, vous n’avez aucun moyen de rattraper le coup en post-production. Si au lieu d’utiliser le mode « priorité ouverture » vous utilisez le mode « priorité vitesse », vous réglez la vitesse minimum en dessous de laquelle vous ne voulez pas descendre, et vous êtes certain que vos photos ne seront pas floues. Et vous pourrez toujours rattraper l’exposition en post-production si besoin.
  2. Quand il y a très peu de lumière, ou pour des paysages de nuit : La nuit, votre appareil photo a beaucoup de mal à estimer la lumière, surtout si vous photographiez un paysage avec beaucoup de contrastes (certaines zones très sombres, et d’autres fortement éclairées). Il fera plus ou moins une moyenne de toutes ces valeurs d’éclairage, et vous proposera une exposition en fonction de cette moyenne. Le résultat ? En général, pas terrible. Pour les photos de nuit, mieux vaut basculer en mode manuel. Vous aurez plus de contrôle sur le résultat final.

Comment lire le réglage et le changer

Ça parait tout bête, mais pour régler son appareil photo à la bonne ouverture, encore faut-il savoir où se trouve cette valeur sur l’affichage de votre boitier !

Sur la plupart des appareils, l’ouverture apparait sur votre écran LCD et/ou dans le viseur. L’ouverture est généralement notée F (par exemple F/4.0). Si vous ne voyez pas où elle est affichée, reportez-vous au manuel de votre appareil photo. Ce sera indiqué.

Pour la régler, votre appareil photo dispose en général d’une molette de réglage qui, en mode « priorité ouverture », fera varier l’ouverture.

Certains appareils un peu plus haut de gamme ont deux molettes. Chez Canon en général c’est la molette coté objectif qui règle l’ouverture, alors que chez Nikon et Olympus, c’est celle côté dos de l’appareil.

Et enfin, sur des appareils plus compacts, vous devrez peut-être passer par un menu ou l’écran tactile pour régler votre ouverture.

Encore une fois, jetez un oeil au manuel de votre appareil photo pour être sur de vous.

Comment utiliser le mode « priorité ouverture » sur le terrain

Vous savez maintenant lire la valeur de votre ouverture, et savez également la régler. Bien. Mais comment ça se passe sur le terrain ?

Voici un petit aperçu du cheminement que vous devez avoir lorsque vous travaillez en mode « priorité ouverture » :

  1. Je règle ou vérifie que mon appareil est sur le mode « priorité ouverture ». Ça parait bête, mais vous verrez, vous vous ferrez avoir au moins une fois : Vous prenez une photo en mode A, vous mettez votre appareil dans votre sac, vous reprenez votre appareil pour prendre une nouvelle photo, et la photo est complètement ratée. Et oui, dans votre sac la molette de sélection des modes à bougée, et vous êtes maintenant en mode manuel.
  2. Je règle mes ISO : En fonction de la lumière ambiante, commencez par régler la valeur de la sensibilité de votre appareil. C’est une habitude à prendre. Commencez toujours par là. Beau soleil en pleine journée : 100 ISO. Si c’est un peu plus couvert, je monte à 200 ou 400. Si je suis à l’ombre ou dans une pièce bien éclairée, je monte à 800. Si la pièce est peu éclairée, ou qu’il fait presque nuit, je passe au dessus des 1000, Etc… Souvenez vous qu’il y a quelques temps, les ISO étaient déterminés par le choix de la pellicule. Donc pas d’excuses, vous devez apprendre à déterminer la sensibilité ISO avant même de toucher votre appareil photo.
  3. J’utilise mes yeux et mon cerveau : Commencez par regarder votre sujet, et réfléchissez à la photo que vous voulez prendre. Vous êtes sur que le mode « priorité ouverture » est le mieux adapté pour votre photo ? Puis une fois que vous êtes sur, quelle ouverture allez vous utiliser ? (Je reviens la dessus dans quelques instants)
  4. Je règle l’ouverture : Vous avez réfléchi, vous savez quelle valeur vous voulez pour votre ouverture, et bien il ne vous reste plus qu’à régler cette valeur en utilisant la molette de réglage jusqu’à ce que la bonne valeur s’affiche. Par exemple, si vous voulez une petite profondeur de champ, vous allez choisir une grande ouverture, c’est à dire un petit chiffre pour votre ouverture (f/2.8 par exemple)
  5. Je cadre et fait ma mise au point : C’est à ce moment là que mon appareil va mesurer l’exposition de ma photo, et qu’il va modifier automatiquement la vitesse d’obturation pour que ma photo soit correctement exposée. Une remarque importante : Pas la peine de regarder votre écran pour avoir une idée de la profondeur de champ avant que la photo ne soit prise. Votre appareil utilise toujours la plus grande ouverture disponible pour faire la mise au point, et il n’ajuste l’ouverture que lors du déclenchement final. Certains appareils sont équipés d’un bouton de prévisualisation de la profondeur de champ, mais ce bouton n’est pas très utile, car il assombrit énormément l’affichage, ce qui rend souvent la photo illisible.
  6. Je vérifie rapidement la vitesse d’obturation : Même si la vitesse d’obturation n’a pas beaucoup d’importance pour le rendu artistique de votre photo, elle en a pour le flou de bougé. Si vous n’utilisez pas de trépied, et que vous vous apercevez que la vitesse est trop lente (ça dépend de beaucoup de choses, mais en général, plus lent que 1/60s vous allez avoir du flou) vous devez faire quelque chose pour que cette vitesse d’obturation soit plus rapide. Et pour cela vous pouvez : 1/ augmenter la sensibilité ISO (mais ça fera apparaitre du bruit, à vous de voir si c’est acceptable et jusqu’à quel point) 2/ utiliser un trépied 3/ changer d’idée pour votre photo (Si vous n’avez pas de trépied et que vous avez trop de bruit en augmentant les ISO, vous pouvez peut-être déplacer votre sujet dans un endroit mieux éclairé, ou utiliser un flash, ou encore utiliser une plus grande ouverture que prévue). Et quelques fois, vous ne pourrez tout simplement pas prendre votre photo.
  7. Je prends la photo : Enfin, on y arrive ! Les 5 premières étapes paraissent longues comme ça. Et d’ailleurs elles le seront certainement au début. Mais vous verrez, avec de l’entrainement, vous ferrez tout ça mentalement en quelques dixièmes de secondes. Allez-y maintenant : Pressez le déclencheur !
  8. Je vérifie ma photo : Utilisez l’écran LCD de votre appareil, et affichez la photo que vous venez de prendre pour vérifier principalement deux choses : qu’elle n’est pas floue, et que la profondeur de champ correspond bien à ce que vous vouliez.
  9. J’ajuste mes réglages si besoin : La photo n’est pas une science exacte : On essaye, on rate, on corrige, on recommence… parfois plusieurs fois. Si votre photo ne vous convient pas, réfléchissez pourquoi, changez vos réglages, et recommencez. Ne vous énervez pas, et essayez de comprendre la cause du problème.

Comment choisir la bonne valeur pour mon ouverture ?

Je vous le dit tout de suite, choisir la bonne ouverture pour une photo est loin d’être facile.

Déjà, l’ouverture à une influence sur la quantité de lumière qui touche votre capteur, donc dans certaines conditions de lumière, vous ne serrez pas totalement libre du choix de votre ouverture.

Par exemple, si il fait très sombre et que vous n’avez pas de trépied, inutile d’essayer une ouverture de f/16.

Ensuite, comme on l’a vu, quand on choisit le mode « priorité ouverture », c’est en général qu’on veut jouer avec la profondeur de champ.

Mais l’ouverture n’est pas le seul paramètre qui influence la profondeur de champ. Il y a également la taille du capteur de votre appareil photo, la longueur focale de votre objectif, ou encore la distance qui sépare votre appareil de votre sujet.

Bon, maintenant que vous êtes prévenus, on va essayer d’y voir un peu plus clair :

Si la profondeur de champ n’est pas très importante pour votre photo, choisissez une ouverture de f/8. C’est en général à cette valeur que votre objectif produira les photos les mieux définies. Si vous allez vers des ouvertures plus grandes ou plus petites, la qualité de votre photo diminuera. Plus vous utiliserez des valeurs extrêmes, plus vous perdrez en qualité. Et cette règle sera d’autant plus vraie que votre matériel est abordable. Si vous vous achetez un objectif très cher, il y aura très peu de différence de qualité. Avec un objectif bas de gamme, la différence de qualité sera flagrante.

Si vous voulez une petite profondeur de champ, optez pour la plus grande ouverture que propose votre objectif. C’est à dire le plus petit nombre F. Cette ouverture maximale dépend de votre objectif. Là encore, c’est souvent une question de prix. Les objectifs d’entrée de gamme ouvrent à quelque chose comme F4 au max, alors que des objectifs plus haut de gamme vont descendre sous les F/2.

Si vous voulez une grande profondeur de champ, pour photographier un paysage par exemple, choisissez une ouverture plus petite. En général, un nombre F supérieur à F/11. J’utilise souvent F/16 pour les paysages. Encore une fois, surtout si votre optique est plutôt d’entrée de gamme, évitez les extremes : ne dépassez pas F/16, sinon vous perdriez beaucoup en qualité.

Si vous commencez à peine à jouer avec le mode « priorité ouverture », souvenez vous de ces trois valeurs :

  • Le plus petit nombre F que votre objectif supporte
  • F/8
  • F/16

Dans un premier temps, n’utilisez que ces trois valeurs selon la situation dans laquelle vous vous trouvez. Et dans un second temps, quand vous aurez plus d’expérience, vous pourrez jouer avec les valeurs intermédiaires.

Si vous avez des problèmes, voici ce que vous pouvez essayer

Si vous n’arrivez pas à obtenir le résultat que vous voulez sur vos photos, voilà ce que vous pouvez essayer :

La profondeur de champ est trop grande

Si vous voulez isoler votre sujet de l’arrière plan devant lequel vous voulez le photographier, et que vous n’arrivez pas à obtenir un arrière plan flou, malgré avoir réglé l’ouverture de votre appareil photo au maximum (le chiffre f/ le plus petit disponible sur votre objectif), vous pouvez essayer deux choses : soit vous rapprocher de votre sujet, soit utiliser une focale plus longue (ou un zoom plus important).

Ma photo est floue

Si votre photo est floue, il peut y avoir deux raisons :

  1. C’est du flou de bougé, et dans ce cas, c’est votre vitesse d’obturation qui est trop lente. Essayez une ouverture plus grande, ce qui aura pour effet de laisser rentrer plus de lumière dans votre appareil. Ce dernier, pour garder une bonne exposition, augmentera alors la vitesse d’obturation. Si vous avez une vitesse supérieure à 1/80s, le flou de bougé devrait disparaitre.
  2. La deuxième possibilité, si votre photo est floue, c’est que vous avez obtenu une profondeur de champ très faible. Si vous réglez votre ouverture à f/2, avec un téléobjectif de 200mm et que vous vous tenez à moins d’un mètre de votre sujet, la zone nette de votre profondeur de champ ne fait plus que quelques centimètres, voir moins. Dans ce cas, il faut faire très attention à votre mise au point, car la moindre petite faute, ou le moindre mouvement en avant ou en arrière au moment de déclencher peu du coup faire se déplacer votre zone nette. Et vous vous retrouvez avec une photo floue. Dans ce cas, appliquez-vous pour faire votre mise au point. Essayez d’utiliser un trépied. Et si vous n’y arrivez pas, diminuez un peu votre ouverture.

Ma photo est complètement sur-exposée ou sous-exposée

Il arrive des situations ou vous atteignez les limites de votre matériel. Si vous photographiez une scène très fortement éclairée, avec une très grande ouverture, il se peut que votre appareil photo ne puisse pas faire autre chose qu’une photo sur-exposée. En effet, il y a tellement de lumière, que même avec la vitesse d’obturation la plus rapide que votre appareil photo puisse faire, la photo soit tout de même sur-exposée. Dans ce cas, pas d’autres choix que de diminuer un peu votre ouverture (augmenter les F/), ou d’utiliser un filtre ND (filtre de densité neutre), pour diminuer la quantité de lumière qui touche votre capteur. Idem dans un endroit très sombre, et si vous voulez avoir une grande profondeur de champ, donc une petite ouverture. Votre photo peut nécessiter un temps de pose très longue, de l’ordre de plusieurs dizaines de secondes, et tous les appareils ne savent pas faire cela. Dans ce cas, pas d’autre choix que d’augmenter l’ouverture, pour laisser rentrer plus de lumière, et perdre en profondeur de champ.

Mettre en pratique

Maintenant que vous maitrisez la théorie concernant le mode « priorité ouverture », il va falloir mettre en pratique.

Et pour cela, rien de mieux qu’un petit exercice. L’exercice s’appelle « Ouverture Fixe », et il est extrait de mon ebook « Apprendre la photo par la pratique » :

Pour réaliser cet exercice, placez votre appareil photo en mode « priorité à l’ouverture », puis choisissez une valeur d’ouverture. Votre appareil photo s’occupera tout seul comme un grand de la vitesse d’obturation. N’hésitez pas à être extrême dans vos réglages, surtout si vous débutez. Choisissez par exemple la plus grande ouverture disponible sur votre objectif. Puis gardez ce réglage pendant tout un week-end.

En utilisant la même ouverture tout un week-end, vous laisserez le temps à vos yeux de comprendre et de s’habituer à cette focale.

Le week-end suivant, choisissez une autre ouverture, et recommencez.

Vous allez très vite assimiler ce qu’il se passe sur vos photos avec différentes focales.

Si vous voulez approfondir cet exercice et en découvrir d’autres, pensez à télécharger mon ebook Apprendre la photo par la pratique. Il vous aidera à progresser rapidement, quel que soit votre niveau actuel, et à rester motivé !

Je continuerai sur le sujet des modes de prise de vue dans quelques jours. Il nous reste à parler du mode « priorité vitesse », et du mode manuel. Pour ne pas rater la suite, pensez à vous abonner à la newsletter gratuite !

Cet article fait partie de la série de cours Débuter en photographieCours précédent : Savoir quand utiliser les modes A, S et M de votre appareil photo en fonction de ce que vous photographiezCours suivant : Le mode S, ou mode priorité vitesse : Comment l’utiliser pour réussir vos photos

Vous souhaitez vivre de votre passion ? Je vous aide à y arriver sur mon nouveau blog. En savoir plus...

Pour aller plus loin dans votre apprentissage de la photo, vous pouvez lire mon livre J'apprends la photographie. Vous y découvrirez 25 exercices qui vous aideront à améliorer vos photos et à développer votre créativité. J’ai conçu ce livre pour qu’il soit simple et accessible, même aux débutants. Il n’y a pas de langage technique, les exercices sont expliqués simplement et accompagnés d’exemples. En savoir plus...

14 Commentaires

Ajouter un commentaire
  • Répondre

    cardot

    Bonsoir Nicolas,
    Merci de vos conseils. Je tatonne encore beaucoup.
    Quand je veux prendre un bâtiment en photo, vous conseillez f/16 (pas plus), n’y a-t-il pas risque d’avoir des coins flous ?
    Pour un portrait qui se détacherait du fond, je faisais toujours au plus gros f/3.5 mais tout le personnage n’est pas net. Dois-je en déduire qu’un F/8 serait plus adapté ?

    • Répondre

      Nicolas Croce

      Pour les portraits, tu fais bien. Si tu veux que ton sujet se détache, il faut utiliser une grande ouverture. Donc f/3.5 c’est très bien. Tu n’utilises f/8 que quand la profondeur de champ n’a pas beaucoup d’importance, et que par contre la qualité de ta photo est importante.
      Pour ce qui est des bâtiments, tout dépend de comment tu les photographie. Si tu es face à une façade, tu n’as pas besoin d’une très grand profondeur de champ, puisque tout le bâtiment se retrouve plus ou moins sur le même plan par rapport à ton objectif.

  • Répondre

    Renaud

    Bonjour Nicolas,

    Il n’y aurait pas une erreur entre petite/grande profondeur de champ et ses applications ?

    Au début de l’article vous conseillez d’utiliser une grande profondeur de champ pour les paysages (je suis d’accord), et plus loin vous parlez toujours de grande profondeur de champ pour les paysages mais en disant que c’est f/11 ou plus , f/16 par exemple.

    Il n’y a pas une coquille ?

    • Répondre

      Nicolas Croce

      Bonjour Renaud, non non, c’est normal :
      Grande profondeur de champ = Petite ouverture = Grand nombre f/
      F/16 est une petite ouverture. Donc on obtiendra une grande profondeur de champ.

  • Répondre

    christiane

    merci Nicolas .magistrale demonstration !

  • Répondre

    Gérard

    Superbe article ! Très complet et oh combien bien expliqué ! J’apprécie beaucoup ce positionnement “côté débutant” ou réfractaire au discours “savant”. Ici, tout est tout de suite compréhensible et abordable (les exemples, les exercices). Donc bravo et merci !
    J’ai bien suivi l’article et me suis amusé à faire des essais cet après-midi dans mon jardin (donc rien de sensationnel) et j’ai pu constaté ceci.
    Le mode priorité ouverture (A) est déterminé donc par le photographe et l’APN décide de la vitesse. Mon interrogation viendrait du 3° “côté” du triangle : l’ISO.
    Ne pourrait-on pas choisir l’ISO auto au risque certes de la montée du bruit, cependant sachant que nos APN sont de plus en plus performants et supportant aisément des montées jusqu’à 3200 voir 6400 sur certains modèles sans que cela altère la qualité de nos images, cela permettrait d’éviter l’usage d’un trépied pas toujours commode d’emporter avec soi et de mettre en œuvre.
    Qu’en pensez-vous ?
    Demain je continue les exercices proposés par votre ebook “apprendre la photo par la pratique” que je viens de recevoir.
    Bonne continuation.
    Gérard

    • Répondre

      GAUTHIER

      Oui la montée en ISO peut venir aider dans certains cas et notamment si la vitesse et trop lente pour une ouverture determinée. Il est possible d’utiliser les ISO-AUTO mais cela dépend de la qualité de son APN et dans certains il est possible de bloquer la valeur ISO maximum que son capteur supporte sans générer trop de bruit et que l’on ne veux pas dépasser.

    • Répondre

      Nicolas Croce

      Bonjour Gérard, Je rejoins Gauthier sur cette question : tu peux effectivement utiliser la fonction ISO auto de ton boitier, mais tout dépend de comment ton boitier gère ça. A toi de faire des tests. Sur mon appareil, je peux mettre une limite haute pour les ISO. Quand je le configure en ISO auto, ça me permet d’être sur qu’il ne monte pas trop, et de contrôler un minimum le bruit.

      • Répondre

        Gérard

        Merci Nicolas et Gauthier pour vos réponses ! Je vais pouvoir continuer mes tests puisque sur mon Canon EOS 70D j’ai justement cette possibilité de limiter mes ISO.

  • Répondre

    Philippe.L.Photographie

    Très utile ce commentaire pour moi qui fait essentiellement de la photo de paysage, je fais souvent mes photos à f/8 mais maintenant je vais essayer de monter à f/11 ou f/16 pour avoir plus de profondeur de champs. Le problème qui se pose c’est en AV c’est que plus on réduit en ouverture et plus la vitesse d’obturation baisse donc il faut trouver le bon réglage pour éviter le flou du bouger.

    • Répondre

      GAUTHIER

      A mains levées et en dessous de 1/60 seconde ne pas trop prendre de risque et donc 2 solutions: la montée en ISO ou utilisation d’un trépied et dans ce cas plus de flou de bougé.

    • Répondre

      Nicolas Croce

      Entièrement d’accord :) Si la vitesse descend en dessous de 1/60sec., tu as deux solutions : monter les ISO, ou utiliser un trépied.

  • Répondre

    t3k1lla

    un objectif entrée de gamme ouvre à F4… Le canon 11-24 est donc un simple entrée de gamme? :(

Ajouter un commentaire

Votre commentaire