Le mode S, ou mode priorité vitesse : Comment l’utiliser pour réussir vos photos

Cet article fait partie de la série de cours
Débuter en photographie

Aujourd’hui, c’est le quatrième article consacré aux modes de prise de vue de votre appareil photo.

Pour ceux qui nous rattrapent en cours de route, voici ce que nous avons déjà abordé ces derniers jours :

  1. Comprendre les modes de prise de vue de votre appareil photo pour sortir du tout automatique
  2. Savoir quand utiliser les modes A, S et M de votre appareil photo en fonction de ce que vous photographiez
  3. Le mode priorité ouverture : Comment bien l’utiliser pour réussir vos photos

Dans l’article d’aujourd’hui, nous allons donc passer au mode « S », qui est aussi parfois noté « Tv » sur certains boitiers. Le « S » vient de l’anglais « Shutter Speed » qui signifie Vitesse d’obturation (pour « TV », c’est aussi de l’anglais, c’est l’abréviation de Time Value qui signifie plus ou moins « Valeur de temps »). Retenez « S » pour « Speed », c’est le plus simple !

Lorsque vous réglez votre boitier en mode « priorité vitesse », c’est vous qui décidez de la vitesse d’obturation. Votre appareil photo déterminera alors l’ouverture à utiliser pour obtenir la bonne exposition. Tout comme le mode « priorité ouverture », le mode « priorité vitesse » est dit « semi-automatique », car votre appareil photo vous aide à déterminer la bonne exposition. Ce qui n’est pas le cas du mode manuel, ou là, c’est vous qui faites tout. Mais ça, nous le verrons dans le prochain article consacré aux modes de prise de vue.

Quand utiliser le mode « priorité vitesse » ?

Lorsque vous utilisez le mode « priorité vitesse » de votre appareil photo, vous réglez la vitesse d’obturation. Et cette vitesse d’obturation a un effet sur la façon dont sont retranscrits les mouvements sur vos photos.

Vous allez donc utiliser le mode « priorité vitesse » dès que la notion de vitesse aura une importance pour votre photo. Donc en général, quand vous voulez photographier un sujet qui se déplace.

Le mode « priorité vitesse » va donc vous servir :

A figer une action : Lorsqu’un sujet se déplace très vite, et que vous voulez qu’il apparaisse comme figé dans son déplacement, vous allez choisir une vitesse d’obturation rapide. Sur la photo suivante, prise avec une vitesse d’obturation de 1/1250 seconde, les ailes des pigeons qui volent apparaissent comme figées.

A man feeding pigeons - Plaça de Catalunya, Barcelona

 

A retranscrire le mouvement sur une photo : dans ce cas, vous allez au contraire privilégier une vitesse moins rapide. Le mouvement sera retranscrit par du flou sur vos photos. Sur la photo suivante, prise avec une vitesse d’obturation de 5 secondes, le mouvement de cette grande roue est retranscrit sous la forme de flou sur la photo.

Ferris wheel in toulouse, long exposure

 

Le mode « priorité vitesse » peut également vous servir dans d’autres cas, ou le sujet ne se déplace pas, mais que la notion de temps d’exposition reste importante pour vos photo.

Par exemple, vous pouvez utiliser le mode « priorité vitesse » pour faire des photos avec des longues poses. C’est ce qui vous permettra d’obtenir ces photos ou l’eau semble laiteuse par exemple. C’est en fait le mouvement de l’eau qui est retranscrit comme du flou qui donne cet effet laiteux. Sur la photo suivante, ce petit ruisseau a été photographié avec une vitesse d’obturation de 1,3 seconde. On voit bien que l’eau qui est en mouvement apparait comme floue.

Cascade

Enfin, le dernier cas ou vous voudrez utiliser le mode « priorité vitesse », c’est pour figer votre propre mouvement. En effet, lorsque vous prenez des photos et que vous utilisez une vitesse d’obturation lente, votre mouvement sera retranscrit sur votre photo sous la forme de flou. On appelle cela le « flou de bougé ». Toute votre photo ressort alors entièrement floue. En général, c’est une photo ratée, et qu’on ne peut absolument pas rattraper même en post-production.

Donc, lorsque vous êtes dans un endroit assez sombre, et que vous prenez des photos que vous ne voulez absolument pas rater (si vous photographiez un évènement et que vous ne pouvez pas reprendre plusieurs fois une photo par exemple), vous pouvez utiliser le mode « priorité vitesse », et régler une vitesse assez rapide pour être certain que vos photos ne seront pas floues.

Ceci est également vrai si vous utilisez un télé-objectif. Plus la focale sera longue, plus vous devrez utiliser une vitesse d’obturation rapide pour éviter le flou de bougé. J’en reparlerai dans quelques instants.

Quand ne pas utiliser le mode « priorité vitesse »

En réalité, il n’y a pas beaucoup de cas ou vous ne devez pas utiliser le mode « priorité vitesse » car vous risqueriez de rater une photo.

En utilisant le mode « priorité vitesse », au pire votre photo risque de ne pas correspondre à ce que vous imaginiez à cause de la profondeur de champ. Mais au moins, en contrôlant la vitesse d’obturation, votre photo ne sera pas complètement ratée et irrécupérable à cause du flou.

En mode « priorité ouverture », comme nous l’avons vu, c’est différent. Vous avez toujours un risque que votre appareil choisisse une vitesse d’obturation trop lente quand il y a peu de lumière. Et que du coup votre photo soit complètement floue, donc bonne à jeter.

Comment lire le réglage et le changer

La vitesse d’obturation est affichée sur l’écran LCD de votre appareil photo, ainsi que dans le viseur de ce dernier.

Elle est en général affichée à côté de l’ouverture (pour rappel, l’ouverture est notée F/5.6 par exemple).

Si votre vitesse d’obturation est inférieure à une seconde, elle est notée sous forme d’une fraction. Par exemple 1/10 correspond à une vitesse d’obturation de un dixième de seconde.

Si vous voyez afficher un chiffre entier (2 par exemple), c’est que votre vitesse d’obturation est supérieure à 1 seconde. Le 2 signifie 2 secondes.

Si vous ne trouvez pas, jetez un oeil dans le manuel de votre appareil photo, pour savoir à quel endroit est affiché la vitesse d’obturation.

Comment utiliser le mode sur le terrain

Une fois sur le terrain, voici ce qui doit se passer dans votre tête lorsque vous utilisez le mode « priorité vitesse » :

  1. Je règle ou vérifie que mon appareil est sur le mode « priorité vitesse » : Vérifiez que la molette de sélection des mode « priorité vitesse » de prise de vue de votre appareil soit bien sur la position « S » ou « Tv ». Il ne faudrait pas que la molette ai bougée dans votre sac par exemple.
  2. Je règle mes ISO : En fonction de la lumière ambiante, commencez par régler la valeur de la sensibilité de votre appareil. C’est une habitude à prendre. Commencez toujours par là. Beau soleil en pleine journée : 100 ISO. Si c’est un peu plus couvert, je monte à 200 ou 400. Si je suis à l’ombre ou dans une pièce bien éclairée, je monte à 800. Si la pièce est peu éclairée, ou qu’il fait presque nuit, je passe au dessus des 1000, Etc… Souvenez vous qu’il y a quelques temps, les ISO étaient déterminés par le choix de la pellicule. Donc pas d’excuses, vous devez apprendre à déterminer la sensibilité ISO avant même de toucher votre appareil photo.
  3. Je regarde mon sujet : Prenez le temps d’observer votre sujet, et posez vous deux questions : Le mode « priorité vitesse » est-il le mieux adapté à la photo que je veux prendre ? Puis : Quelle vitesse d’obturation vais-je utiliser pour faire la photo que j’ai dans la tête ? (je reviens sur le choix de la vitesse d’obturation dans quelques instants)
  4. Je règle ma vitesse d’obturation : En fonction de ce que j’ai observé, je règle la vitesse d’obturation qui va bien. Par exemple, si je veux figer un mouvement, je vais utiliser une vitesse d’obturation rapide.
  5. Je cadre et fait ma mise au point : Pointez votre appareil vers votre sujet, et activez la mesure d’exposition de celui-ci qui se fait en général en appuyant à mi-course sur le déclencheur de votre appareil photo.
  6. Je vérifie mon exposition : Jetez un oeil sur l’ouverture qu’a choisi votre appareil photo, vous aurez ainsi une idée de la profondeur de champ dont vous disposez pour votre sujet. Vérifiez également l’indicateur d’exposition. Si il indique que votre photo va être sous-exposée malgré qu’il ai réglé la plus grande ouverture disponible, augmentez la valeur des ISO.
  7. Je prends la photo : Là, c’est simple, vous n’avez qu’à appuyer sur le déclencheur.
  8. Je vérifie ma photo : Une fois la photo prise, utilisez l’écran LCD de votre appareil pour vérifier que votre photo est réussie. N’hésitez pas à utiliser le zoom de votre afficheur LCD pour bien vérifier que le sujet en mouvement est net ou flou, selon ce que vous vouliez obtenir.
  9. J’ajuste mes réglages si besoin : En fonction de votre première photo, ajustez vos réglages. Si vous vouliez retranscrire un mouvement par du flou, et que sur votre photo votre sujet apparait bien net, diminuez votre vitesse d’obturation. Et inversement, si votre sujet est flou alors que vous vouliez figer le mouvement, augmentez votre vitesse d’obturation.

Comment choisir la bonne vitesse

Choisir la bonne vitesse d’obturation n’est pas une chose facile. Surtout si vous débutez.

Beaucoup de paramètres peuvent venir influencer le rendu d’un mouvement sur une photo. Voici les principaux :

  • La vitesse de votre sujet : plus il sera rapide, plus il faudra une vitesse d’obturation rapide pour le figer
  • La distance du sujet par rapport à vous : plus il sera proche, plus il faudra une vitesse rapide pour le figer.
  • La longueur focale de votre objectif : plus elle sera longue, plus il vous faudra une vitesse rapide pour figer un mouvement.

Voici quelques repères pour vous aider avec la vitesse d’obturation :

  • 1/4000 : permet de figer les mouvements d’aile d’une abeille qui vole
  • 1/2000 : permet de figer une voiture de course
  • 1/1000 : permet de figer un sprinteur
  • 1/500 : permet de figer un sportif qui court pendant un match
  • 1/125 : permet de figer une personne qui marche dans la rue
  • 1/50 : la plus petite vitesse pour laquelle vous pouvez tenir votre appareil à la main. En dessous, vous risquez fortement d’avoir du flou de bougé. Selon votre objectif, cette limite peut varier.
  • 1/20 : Les mouvements des personnes sont retranscrits par du flou sur votre photo.
  • 1/8 : L’eau d’une rivière rapide ressortira floue à cette vitesse
  • 1/2 : L’eau d’un cours d’eau lent ressortira floue à cette vitesse
  • 2 sec. : Le temps de capturer un feu d’artifice

Voici pour ce qui est de figer des objets qui se déplacent. Voyons maintenant ce qui concerne le flou de bougé. On a vu deux choses un peu plus haut dans l’article :

  1. que la vitesse d’obturation pouvait vous aider à éviter le flou de bougé
  2. que l’influence de la vitesse d’un objet dépendait de la longueur focale de votre objectif

Du coup, si vous voulez éviter le flou de bougé, il faut choisir une vitesse d’obturation assez rapide. Et cette vitesse dépend de la longueur focale de votre objectif.

Voici une règle assez simple à retenir si vous voulez éviter le flou de bougé, et que vous n’avez pas de trépied bien entendu :

Il faut toujours photographier avec une vitesse d’obturation supérieure ou égale à « un sur votre longueur focale ».

Donc, si vous utilisez un objectif de 50mm, choisissez une vitesse d’obturation de 1/50 seconde ou plus rapide (1/100, 1/250, etc…)

Si vous utilisez un téléobjectif de 150mm, ne descendez pas sous les 1/150 secondes.

Si vous utilisez un trépied, vous pouvez bien entendu oublier cette règle.

Mettre en pratique

Pour vous entrainer et mieux appréhender le mode « priorité vitesse », vous pouvez faire un petit exercice :

Réglez votre appareil en mode « priorité vitesse », choisissez une vitesse d’obturation, et n’y touchez plus pendant toute une journée. Vous aurez ainsi le temps de bien assimiler ce qu’il se passe sur vos photos avec la vitesse que vous avez choisi.

Vous pouvez faire cet exercice plusieurs jours d’affilé, et en choisissant chaque jour une vitesse d’obturation différente, pour voir l’effet que ça a sur vos photos.

Si vous voulez approfondir cet exercice et en découvrir d’autres, pensez à télécharger mon ebook Apprendre la photo par la pratique. Il vous aidera à progresser rapidement, quel que soit votre niveau actuel, et à rester motivé !

Je continuerai sur le sujet des modes de prise de vue dans quelques jours. Il nous reste à parler du mode manuel. Pour ne pas rater la suite, pensez à vous abonner à ma newsletter !

Cet article fait partie de la série de cours Débuter en photographieCours précédent : Le mode priorité ouverture : Comment bien l’utiliser pour réussir vos photosCours suivant : Le mode manuel : Comment bien l’utiliser pour réussir vos photos

Vous souhaitez vivre de votre passion ? Je vous aide à y arriver sur mon nouveau blog. En savoir plus...

Pour aller plus loin dans votre apprentissage de la photo, vous pouvez lire mon livre J'apprends la photographie. Vous y découvrirez 25 exercices qui vous aideront à améliorer vos photos et à développer votre créativité. J’ai conçu ce livre pour qu’il soit simple et accessible, même aux débutants. Il n’y a pas de langage technique, les exercices sont expliqués simplement et accompagnés d’exemples. En savoir plus...

4 Commentaires

Ajouter un commentaire
  • Répondre

    Fabrice

    Hello et merci pour cette explication.

    Juste un point sur la vitesse dite de sécurité qui vous permettra d’éviter le “flou de bouger”. Si vous utilisez un format APS-C, il faut la multiplier par 1.5 ou 1.6, disons par 1.8 pour être sûr. Soit pour un 100mm, une vitesse de 1/200ème (valeur la plus proche au dessus).

    Le cas des capteurs forts en pixels impose aussi une modification mais il faudra faire des essais. Chacun à sa façon de déclencher et ça influe sur le résultat.

    Les optiques stabilisées permettent de descendre en dessous mais là aussi, ça dépend du photographe et de la stabilisation.

    Enfin, sur beaucoup d’appareils, il n’y a qu’une seule molette de réglage qui va jouer sur le paramètre A ou S avec une difficulté pour régler les 2 (mode manuel).

    Sur mon Fuji X10, j’utilise le mode S pour la photo de spectacle car son mode M utilise la même molette avec un appui pour passer de la vitesse au diaphragme.

    Pas très pratique en sachant que l’objectif ouvre à 2/2.8 ce qui est idéal. Je sélectionne donc le mode S et j’ai mon mode manuel à pleine ouverture. Ce petit bijou est excellent jusqu’à 1600 ISO ce qui correspond à un éclairage de théâtre ou de concert tout en ayant une vitesse > 1/60ème avec stabilisation.

    Cette astuce est valable pour beaucoup d’appareils où le mode M sera difficile à gérer ;)

    Fab

    • Répondre

      GAUTHIER

      Je ne suis pas tout à fait d’accordavec Fabrice car.
      Avec un APS-C et un objectif 10omm il est tout à fait possible de shooter à 1/100s si on cale bien son appareil et que le photographe est bien stabilisé. Si l’objectif est lui meme stabilisé c’est encore du bonus.
      Concernant le réglage de la vitesse il est important de savoir l’incidence sur l’ouverture proposée selon ce que l’on désir comme profondeur de champ et de vérifier que cette vitesse permet de réaliser des photos nettes selon les vitesse de déplacements des sujets sur la scène.Pour le choix des ISO cela dépend de son APN car certains sont vite limite au dessus de 800 à 1600 ISO
      L’important c’est de bien doser ces 3 parametres en fonction de ce que l’on recherche comme résultat.

      • Répondre

        Fabrice

        Hello,

        Ca dépend de paramètres humains. Un réflex ça se tient par la poignée de la main droite avec la gauche sous l’objectif pour assurer une bonne prise bien stable. Peu de débutants le savent et utilisent leur main gauche pour le zoom avec 2 doigts.

        Le déclenchement doit être doux mais précis et ferme. C’est l’index qui appuie et pas la main. Là, c’est plus stable. Ca, personne ne vous le dit.

        Mon 1er réflex numérique était un D200 limité à 800 ISO grand max mais avant j’utilisais (et j’utilise encore) des réflex argentiques depuis le FM. 800 ISO en couleur, ce n’est arrivé que sur la fin. C’est formateur. En N&B, j’utilisais la Tri-X à 320 ISO sous développée et j’ai remarqué dans un article que Jean Dieuzaide le faisait aussi avec le même révélateur (Agfa Rodinal) à bain perdu.

        Avec l’aide d’Excel, j’ai recalculé les temps de pose pour utiliser la Tmax 3200 à 1600 sous développée dans du révélateur Tmax à bain conservé. J’avais de bien meilleurs rendus en jazz que les Tri-X ou HP5 poussées à 1600.

        La 1ère chose que mon grand-père m’a appris quand j’avais 5 ans, c’est de savoir tenir un Kodak à soufflet et de deviner les temps de pose selon les films (50 ou 125 ASA).

        J’entraine mes réflexes sur la photo d’insectes en vol à main levée, ça m’aide dans la photo de spectacle où tous ces paramètres techniques et humains se retrouvent. Je sais ce que je veux obtenir, y arriver demande du travail.

        J’expose en ce moment et j’accroche encore dans 1 semaine, je vous mettrai les liens si vous le souhaitez mais savoir tenir un boitier fermement sans avoir de crampes, ça se travaille car on va surfer sur la limite de beaucoup de choses quand on est en basse lumière.

        J’ai beaucoup apprécié le Nikon D610 à 6400 ISO. On pourrait se contenter de JPEG tellement c’est bon mais l’habitude du raw va perdurer. J’essayerai de le pousser un peu pour voir ;)

        Fab

  • Répondre

    Anne de Clermont-tonnerre

    Bonjour,
    J’ai un Nikon D3100, je ne maîtrise pas encore bien son usage, malgré un cours de photo cette année et… je trouve vos explications TRES CLAIRES, enfin, après avoir rechercher un “cours” sur Internet.
    Merci beaucoup, enfin des explications se mettant à la portée du “débutant”, beaucoup de générosité et de pédagogie dans cette démonstration, encore MERCI.

Ajouter un commentaire

Votre commentaire